Veuillez appuyer sur la touche entrer ⏎ pour valider la recherche

Trucs et Astuces

D’après la science, devoir se forcer à sourire au boulot pousse à consommer de l’alcool!

D’après la science, devoir se forcer à sourire au boulot pousse à consommer de l’alcool!
3.5k
Partages
Partager sur Facebook

Quiconque ne travaille pas seul dans sa bulle (avouons que c’est quand même rare) sait que le contact avec les clients, les patients ou les collègues et les patrons peut être parfois difficile. Il faut prendre sur soi dans certaines situations et devant certaines personnes pour se plaquer un sourire et ne pas se fâcher. Le client a toujours raison, le patron peut nous refuser une promotion, on veut éviter le conflit avec le collègue qui nous dérange…

Alors on sourit!

Mais est-ce une bonne chose de se retenir d’exploser ou de feindre la bonne humeur?

D’après une étude menée par les universités de Pennsylvanie et de Buffalo, le fait de se forcer à sourire sur notre lieu de travail nous rendrait malheureux et pousserait à la consommation d’alcool. Devoir se contrôler pour ne pas lever les yeux au ciel et plutôt afficher un sourire affable même quand on ne va pas bien peut nous mener direct au bar.

Une professeure de psychologie à Penn State, Alicia Grandey, a déclaré à ABC News que « Simuler la bonne humeur et réprimer ses émotions donne lieu à une consommation d'alcool, plus fréquemment même que le stress lié au travail ou à un sentiment négatif ».

Adobe

L’étude en question démontre que plus on doit contrôler nos émotions négatives au travail, moins on serait en mesure de contrôler notre consommation d'alcool à la fin de la journée.

Les chercheurs de Penn State et de l’Université de Buffalo sont venus à cette conclusion après avoir étudié les habitudes de consommation de personnes étant souvent en contact avec le public dans leur travail. Par exemple,  des infirmières, ou des enseignants.

Adobe

Pour réaliser leur recherche, ils ont utilisé des données d’entrevues réalisées avec 1 592 travailleurs américains. Ces données incluaient la fréquence à laquelle les participants réprimaient leurs émotions (ce qu’on nomme aussi « surface acting ») et la fréquence à laquelle ils consommait de l’alcool après le travail. 

« Sourire dans le cadre de votre travail peut sembler être une attitude très positive, mais le faire toute la journée peut être fatigant », a expliqué Alicia Grandey. 

Adobe

L’histoire ne dit pas ce qu’il est préférable de faire… Renoncer à sourire et risquez de nuire à nos relations et perdre notre boulot, ou se fabriquer une cirrhose du foie?

Il faut sûrement, comme en toute chose, trouver un équilibre…

Source: Glamour · Crédit Photo: Adobe Stock

Nos plus populaires ...