Veuillez appuyer sur la touche entrer ⏎ pour valider la recherche

Cuisine

Voici 15 aliments à ne pas manger au restaurant, selon des professionnels du milieu

Voici 15 aliments à ne pas manger au restaurant, selon des professionnels du milieu
0
Partages
Partager sur Facebook

Aller au restaurant est un des doux plaisirs de l’existence. Tout arrive devant nous sans qu’on ait dû passer du temps en cuisine, après avoir fait les courses. Chaque convive mange ce qui lui plait et en plus, il n’y a pas de vaisselle à faire ensuite!

Cependant, tout n’est pas nécessairement « bon » à commander au resto. Voici ce qu’il faudrait éviter de demander au serveur lors de votre prochain repas à l’extérieur, selon des professionnels du milieu.

1. Les grignotines au comptoir

Malheureusement, on doit douter de la fraîcheur des amuse-bouche offerts dans certains bars ou restaurants, comme les noix, les bretzels, etc. D’autres clients ont pu les toucher avec leurs mains (pas nécessairement propres!) et ils peuvent avoir été mis de côté la veille (et les jours précédents) pour être encore une fois remis sur le comptoir.

Adobe Stock

2. Les viandes avec l’os

Les petites coupes de viande, telles le porc ou les poitrines de poulet avec os sont difficiles à cuire parfaitement, car l’extérieur peut brûler rapidement. On peut donc recevoir une viande croustillante à l’extérieur et un centre encore cru. Si le bœuf peut être consommé cru sous la forme d’un tartare par exemple, le porc et le poulet qui ne sont pas bien cuits sont très dangereux pour la santé et peuvent provoquer un empoisonnement alimentaire, prévient Santé Canada. De plus, l’os prend de la place, donc vous recevez moins de viande…

Adobe Stock

3. Les plats à griller soi-même

Les restaurants aux tables équipées d’un gril sont peut-être tendance, mais prudence!

Selon Peter Chastain, chef propriétaire du California’s Prima Ristorante, «La viande grillée à la table est risquée. Elle peut soit conserver les bactéries du client précédent (qui a éternué), soit ne pas être assez cuite». Une rôtisserie coréenne située à Las Vegas a d’ailleurs dû fermer ses portes après 53 plaintes au Centre de santé régional.

Adobe Stock

4. La laitue iceberg

La laitue iceberg est constituée de près de 98% d’eau et elle fait partie des plus grandes escroqueries industrielles! «Elle se vend jusqu’à 20 fois son prix», explique Peter Chastain. 

Sans oublier qu’elle peut facilement cacher des bactéries entre ses plis. «Vous trouvez les citrons flottant dans l’eau peu ragoûtants? Sachez que la salade est crasseuse», soutient Howard Cannon, président du restaurant Expert Witness et auteur du livre The Complete Idiot’s Guide to Starting A Restaurant. Même quand elle est lavée, la laitue trempée représente un danger. L’eau résiduelle mêlée à la mayonnaise peut causer un vrai désastre!

Adobe Stock

5. Les produits vedettes

On aurait tendance à penser que les produits les plus populaires dans un restaurant rapide sont les plus frais. Pourtant, ils sont souvent apprêtés à l’avance pour suivre  la demande. Ces produits enveloppés d’avance peuvent donc être un nid parfait pour une contamination bactérienne. «Choisissez plutôt les mets moins populaires, qui sont souvent préparés à la demande, conseille Howard Cannon. Tout ce qu’on met en attente et qui est couvert de mayonnaise est louche.»

Adobe Stock

6. L’eau du robinet

Toujours selon Howard Cannon, «Un des plus grands dangers au restaurant est le verre d’eau sur la table». 

Ce qui est exposé à des températures entre 5°C et 60°C peut facilement contenir des bactéries. Alors, si la bouteille d’eau est déjà sur votre table à votre arrivée, ou si l’on vous sert de l’eau tiède, demandez qu’on vous la remplace. Car oui, l’eau peut vous empoisonner. Il ne faut pas éviter d’en consommer, mais s’assurer de boire la bonne.

Adobe Stock

7. Les viandes en sauce

Afin de ne pas être pris de court lors des périodes d’achalandage, certains restaurants préparent souvent plus d’aliments que nécessaire, ce qui fait que le lendemain, un surplus peut devenir le spécial du jour, en baignant dans une sauce. «Méfiez-vous d’un plat raffiné servi de façon à en couvrir le goût», prévient Stephen Zagor, le fondateur de la firme de consultants Hospitality & Culinary Resources, dans le Wall Street Journal’s SmartMoney. Attention donc à la viande qui a été découpée, grillée et réutilisée dans des pâtes, un ragoût ou une soupe!

Adobe Stock

8. Le pain de viande

Ce plat contient souvent plus de garniture que de viande, tout cela caché par la sauce et les épices. De plus, certains établissements annoncent un pain de viande «maison» «traditionnel» ou même, «la recette de maman». Une véritable insulte! Choisissez plutôt un burger ou un steak.

Adobe Stock

9. Les poissons et les fruits de mer locaux

C’est seulement dans les restaurants qui sont reconnus pour leurs fruits de mer que l’on peut avoir l’assurance de manger ce qui est annoncé au menu. «70% du temps, les galettes au crabe du Maryland ne contiennent pas le fameux crabe de la baie voisine de Chesapeake», a affirmé James Anderson, président du Département de l’économie de l’environnement et des ressources naturelles de l’Université du Rhode Island au Wall Street Journal’s SmartMoney. De plus, pendant qu’on vous sert du tilapia (plus économique que le vivaneau annoncé), les distributeurs font aussi ce type d’échange.

Adobe Stock

10. Les burgers «gourmets»

Certains restaurants tentent souvent de piéger les clients en ajoutant une petite quantité d’un ingrédient rare, comme de l’huile de truffe ou foie gras pour lui faire croire qu’ils vont savourer un produit de luxe à bon prix. Mais la vigilance est de mise; la plupart des huiles de truffe commerciales sont composées d’huile d’olive parfumée artificiellement. Selon Stephen Zagor, l’huile de truffe fait partie des produits les plus surévalués en alimentation.  «Elle est trop chère par rapport à ses composantes bon marché », dit-il.

Adobe Stock

11. La pizza

Pour Mark Ladisky, conseiller aux opérations chez Synergy Restaurant Consultants, la pizza est une véritable mine d’or pour les restaurateurs. Elle est composée d’ingrédients bon marché, mais son prix de vente est élevé.  Selon lui, acheter une pizza dans un restaurant dont ce n’est pas la spécialité est du gaspillage d’argent et de tomates!

« Je trouve dommage de payer autant pour une pizza qui est à peine meilleure que celle qu’on trouve dans les surgelés et qu’on passe au four classique ou au grille-pain », affirme-t-il. 

Par exemple, une pizzeria new-yorkaise produit une Margherita pour 4,85$ et la vend 13,30$. Un bénéfice de 300%!

Adobe Stock

12. Le pain dans un panier

Le panier à pain à votre table est une gracieuseté de votre restaurant. Si on vous demande de le payer, refusez, même si on vous affirme qu’il s’agit d’un produit artisanal.

Et espérez que le pain soit réellement frais, pas comme les amuse-bouche du bar…

Adobe Stock

13. L’edamame

Bien que ce soit l’article le moins cher de tout le restaurant, le prix de ce légume est encore surévalué. Vous pouvez trouver un grand sac de 350g d’edamame vapeur chez votre épicier, à ce prix, et même pour moins!

Adobe Stock

14. Le poulet

Il est naïf de commander du poulet en espérant recevoir un repas gastronomique est une preuve d’innocence. «Le plat au menu n’a absolument rien d’original. C’est de la viande bon marché au prix fortement gonflé, affirme Mark Ladisky.

Adobe Stock

15. La crème glacée

Si vous avez envie d’une glace au resto, optez pour les saveurs exotiques ou les marques artisanales. «L’idée de payer si cher au restaurant pour une marque identique à celle de l’épicerie du coin me choque», raconte Mark Ladisky.

Il n’a pas tord…

Adobe Stock

Source: MSN
Crédit Photo: Adobe Stock

Nos plus populaires ...