Veuillez appuyer sur la touche entrer ⏎ pour valider la recherche

Bricolages

Un grand-père atteint de vitiligo crée des poupées pour restaurer l'estime de soi des enfants qui en souffrent aussi.

Un grand-père atteint de vitiligo crée des poupées pour restaurer l'estime de soi des enfants qui en souffrent aussi.
0
Partages
Partager sur Facebook

Le vitiligo est une maladie qui touche près de 3 000 000 de Brésiliens. Elle cause une perte de couleur de la peau dans certaines zones du corps. Bien qu’il existe de nombreux traitements pour lutter contre cette maladie, l’aspect le plus difficile à surmonter lorsqu’on doit vivre avec elle est le préjugé des autres.

Un grand-papa brésilien a donc décidé de faire sa part pour aider les enfants devant composer avec le vitiligo à préserver leur estime personnelle malgré les regards et les jugements de certaines personnes.

João Stanganelli est aujourd'hui âgé de 64 ans. C’est à 38 ans qu’il a commencé à montrer des signes de vitiligo. Il travaillait alors dans le secteur de la gastronomie, mais, en raison d'un problème cardiaque, sa vie a radicalement changé l'an dernier.

***

Monsieur Stanganelli n’a toutefois pas laissé cet obstacle imposer des limites à sa vie et il a décidé de développer un passe-temps pour garder son esprit en bonne santé, actif et heureux. Avec son épouse Marilena, il a décidé d'apprendre à faire du crochet.

L’homme a avoué que ce n’était pas une tâche facile et qu’il a même songé à renoncer, mais il a persévéré. Après 5 jours, il avait déjà fait sa première poupée au crochet!

Ce n’est pas une activité qui conviendrait à tout le monde, car elle peut provoquer des callosités sur les doigts, comme l’a expliqué grand-papa João. Mais quand on y est habitué, on ne veut plus s’arrêter.

L’idée originale de João était de faire des poupées pour sa petite-fille, car il désirait faire quelque chose d'assez spécial pour qu'elle se souvienne toujours de lui.

Il a alors décidé de tricoter une poupée avec du vitiligo. C'est ainsi qu'est née Vitilinda, une jolie poupée à la peau « inégale ».

Devant le succès remporté par Vitilinda, João a décidé de faire des travaux de crochet plus inclusifs. Des poupées en fauteuil roulant sont arrivées et tout le monde en est tombé amoureux, ce qui a rendu son travail encore plus gratifiant.

L'objectif premier de grand-papa João est d'améliorer l'estime de soi des enfants vivant avec cette affection de la peau et de leur remonter le moral. Savoir que quelqu'un possède et valorise ses œuvres d'art l'inspire et le motive à développer ses compétences au quotidien.

L’initiative de cet homme contribue à démystifier le vitiligo. Car l’information est le meilleur moyen de sensibiliser les gens et à encourager l’inclusion de tout un chacun, peu importe ses différences.

Que pensez-vous de ces poupées?

Nos plus populaires ...